Lunette

Les recherches de Boehm concernant la flûte vont conduire ce facteur à munir son instrument d’un mécanisme nouveau dès 1832. Il décrit ainsi ce mécanisme : « Si un trou est entouré d’une goujure circulaire ménagée de telle sorte qu’on puisse y enfoncer un anneau sans toucher les parois, et que cet anneau soit fixé à l’axe d’une clef ouverte, celle-ci est enfoncée concomitamment lorsqu'on bouche le trou. Un seul doigt peut ainsi exercer deux fonctions en un seul mouvement et permet donc de remplacer un autre doigt. »

D’autres facteurs lui emboîtent le pas, comme Louis Auguste Buffet « jeune » qui fait breveter une nouvelle flûte à anneaux mobiles en 1838, puis clarinette et hautbois à anneaux mobiles en 1843.

La première application des anneaux mobiles affecte la clef de fa # qui est remplacée par un double anneau. Cette « lunette » est actionnée par deux anneaux mobiles encerclant les 5ème et 6ème trous reliés au même axe que la clé de fa #.

Fig 14
hautbois Triebert
Fig 15a
hautbois d’amour J.H. Eichentopf

L’application systématique de ce mécanisme à anneaux, tringles creuses et axes mobiles, va se conjuguer dans un premier temps avec les anciennes clefs, puis progressivement les remplacer.

Ce sont surtout les recherches de l’atelier parisien Triebert, qui vont conduire à la facture du hautbois moderne.

<Chapitre précédent      Chapitre suivant>